Elles racontent

J’assume mes petits seins

Découvrez le témoignage de Sandra qui nous raconte comment une femme peut vivre avec de petits seins et d'accepter telle qu'elle est...

Nous sommes dans une ère où le physique compte plus que tout. Tout se joue dans l’apparence et encore plus pour nous les filles. J’ai environ 12 ans, mes copines et moi commençons à nous découvrir ; notre corps change et notre regard sur nous ainsi que sur les autres devient de plus en plus lourd et prend toute son importance. Comme beaucoup à cet âge, ma poitrine n’avait pas encore commencé à bouger.

Puis les années commencent à passer et l’inquiétude qui va avec. Mes copines achetaient leur premier soutien-gorge et mettaient des petits hauts décolletés. J’ai 16 ans, toujours pas de galbe à l’horizon ce qui commence à m’inquiéter, mais on me dit que la croissance durera encore quelques années et qu’il n’y avait pas de raisons de s’en préoccuper.

À mes 18 ans, je n’avais même pas un bonnet A. Pas de décolletés ou de superbes bikinis sur la plage comme je pouvais en rêver… J’ai arrêté d’y croire, c’était bien ma destinée de ne pas avoir de poitrine. Je vous assure que c’est compliqué à cet âge de se dire qu’on aura probablement jamais la poitrine, sensuelle et féminine, que l’on aspire a avoir. Qui y a t’il de plus représentatif et féminin que la poitrine ? Je dois me résigner à vivre sans cette part physique qui se trouve être visible au premier regard.

Envoyez-nous vos témoignages pour qu’ils soient publiés dans nos lignes.

Peut-on se sentir féminine avec une petite poitrine ?

Quand il ne reste que la volonté à elle seule, il y a deux options : laisser tomber et s’accepter telle que l’on est, ce n’est pas aussi horrible après tout ; ou bien mal le vivre et ne pas oser se montrer topless devant quelqu’un d’autre, ne penser qu’a cela à en devenir une obsession.

J’ai choisi la première option, celle de m’accepter telle que je suis et certes, cela ne s’est pas fait du jour au lendemain, mais je suis fière d’avoir passé ce cap. Vous vous demandez sûrement si j’ai pensé à la chirurgie ; évidemment que oui, on envisage toutes les possibilités, mais je préfère rester comme ça. C’est quelque chose que j’aurai pu faire dans une autre vie où je n’aurais pas peur des piqûres. Et puis, je me dis que si la nature n’a pas voulu me donner les seins de mes rêves, c’est ainsi et je le respecte.

Pourquoi vouloir correspondre à ce que nous renvoient les médias et le mode ? Est-ce bien la femme naturelle qui y est représentée ? Je ne crois pas. Nos jugements sont faussés… La féminité et aussi mentale que physique, c’est vrai… Une femme qui porte un beau bonnet C ne sera pas forcément plus féminine que moi avec mon petit bonnet A. De plus, mon budget soutien-gorge est très léger.

Dans l’intimité, il m’arrive de porter de la lingerie sexy qui est adaptée à ma morphologie et je me sens séduisante en ce sens. Nuisettes, guêpières, et même quelques parures – je pense que mon attitude est renforcée par cette épreuve endurée pendant plusieurs années. Je me sens plus forte et pleine d’assurance, je montre ma féminité avec tant d’alacrité que j’en oublie mes œufs au plat !

Alors les filles, si vous êtes dans mon cas, faites de cette différence votre force et on en oubliera ce trait qui ne compte pas tant qu’il n’y parait !

Témoignage de Sandra, 28 ans de Montpellier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s